Tietoa kirjoittajasta


Rauno Meriö

Rauno Meriö
kenraaliluutnantti

Nimi: Rauno Meriö
Syntymäaika: 22.10.1933 Käkisalmi, Karjala, Suomi
Kansallisuus: suomalainen
Ammatti: Ilmavoimien komentaja (evp)
Siviilisääty: Avioliitossa -55
Vaimo: Mirjam -34
Lapset: Pia -56, Harri -57, Tapio -61

Koulutus:
1984 Kenraaliluutnantti
1955 Taistelulentäjä

Muu työkokemus:
1987-1995 toimittaja, kirjeenvaihtaja, Keskisuomalainen
1975-1987 Suomen Ilmavoimien komentaja 1973-1975 Lapin lennoston komentaja
1971-1973 Ilmasotakoulun johtaja

Muu kokemus:
1990-1995 Karjalan liiton puheenjohtaja

E-mail
Kirjoittajan muita artikkeleita

19.11.2002 [02]
»  MOSKOVALAINEN NTV LUOVUTETUSSA KARJALASSA

13.05.2002 [02]
»  NATO, SUOMI JA KARJALAN PALAUTUS

01.08.2001 [02]
»  KARJALAN PALAUTUS TURVALLISUUSPOLIITTISENA KYSYMYKSENÄ

27.10.1999 [02]
»  TIEDOTUSVÄLINEET YHÄ KRITIIKITTÖMIÄ VENÄJÄN SUHTEEN

27.10.1999 [02]
»  UUTA VOIMAA KARJALAN PALAUTTAMISEEN

27.10.1999 [02]
»  VIENANKARJALAISET PERINTEET VELVOITTAVAT

24.10.1999 [02]
»  KUIN TALVISODAN PROPAGANDAA

07.10.1999 [02]
»  SVEN HEDIN, RUOTSALAINEN TUTKIMUSMATKAILIJA

07.10.1999 [02]
»  VENÄJÄN JOHTO TORJUU VÄLITYSYRITYKSET TSHETSHENIASSA

06.10.1999 [02]
»  SUOMEN LIPPU LIEHUI VIIPURISSA

06.10.1999 [02]
»  PRESIDENTTIEHDOKKAIDEN KANTA KARJALAN PALAUTTAMISEEN

17.05.1999 [02]
»  ASIALLINEN YHTEISTYÄ VENÄJÄN KANSSA

17.05.1999 [02]
»  POHJOINEN ULOTTUVUUS

17.05.1999 [02]
»  EUROOPAN TURVALLISUUS

17.05.1999 [02]
»  KARJALA EUROOPPAAN

  Lisää artikkeleita kirjoittajalta

  Artikkeli-arkisto


Copyright 1999-2018 © Pro Karelia ry. Artikkelien ja kuvien lainaaminen sallittua, lähde mainittava.

  Pro Karelian email-rekisterit

14.05.2002
Rauno Meriö

Tämä artikkeli liittyy alla lueteltuun/lueteltuihin artikkeliryhmiin.
Klikkaamalla artikkeliryhmää näet, mitä muita artikkeleita ryhmään kuuluu.


[02] Karjalan palautus

OTAN, FINLANDE ET LA RESTITUTION DE CARELIE

OTAN, Finlande et la restitution de Carélie

L’OTAN est toujours principalement une organisation militaire qui garantit la sécurité des pays occidentaux de l’Europe avec le soutien de l’Amérique du Nord. Il existe une compétition bien claire et des tensions entre les plus grands pays de l’Europe Centrale au sein de l’OTAN. Cela est le résultat de leur héritage historique.

L’élargissement de l’OTAN vers l’Est renforce la puissance de l’OTAN et sa politique de sécurité, mais en même temps cela rend l’OTAN plus impuissante qu’aujourd’hui. On dirait que le rôle de l’OTAN est de plus en plus le rôle d’un organe de négociations politiques.

Aux côtés de l’OTAN existe tout un nombre de pays partenaires pour la paix. Certains hommes politiques parlent déjà de l’adhésion de la Russie à l’OTAN comme membre plénipotentiaire.

L’OTAN comme un club de discussions?

Certains ont prétendu que la restitution de la Carélie cédée exigée par la Finlande et l’adhésion de ce dernier à l’OTAN sont deux questions indépendantes. Au cas où cette idée existerait, le temps est venu de relier ces deux sujets. Le facteur commun est la politique de sécurité, autrement dit, la politique de défense et la politique étrangère – dans cet ordre.

L’adhésion de la Finlande à l’OTAN, ce qui est, compte tenu de la langue, volonté de défense, matériel, ainsi que conformité militaire et raisons économiques, tout à fait possible, aurait d’importantes conséquences.

Pour atteindre le niveau de l’équipement militaire et de préparation des autres pays de l’OTAN, La Finlande devrait augmenter ses dépenses pour la défense de 50%. La Finlande devrait participer avec les autres pays de l’OTAN aux opérations armées internationales. La simple participation aux opérations de maintien de la paix ne suffirait plus.

Le fait le plus important est que la frontière est de la Finlande avec la Fédération de Russie deviendrait plus forte qu’auparavant. Ce serait la frontière de 1300 km entre l’OTAN et la Russie. Si on y ajoute encore la frontière entre la Norvège et la Russie, la direction du nord ouvrirait une réelle direction de menace pour la Russie. En plus, si l’adhésion des Pays Baltes à l’OTAN est acceptée, la direction du nord devient, dans le sens militaire, un réel cauchemar pour la Russie – conformément à l’idée traditionnelle.

L’attitude négative de la Russie envers l’élargissement de l’OTAN a changé, car la Russie a réalisé que cette stratégie ne permet pas de combattre l’OTAN et elle en a choisi une autre : le rapprochement.

Il y a des gens qui considèrent comme décidée l’adhésion de la Russie à l’OTAN. Si cela se faisait, cette adhésion signifierait que tout l’ancien pacte de Varsovie entrerait directement en plein centre de l’OTAN par la porte de cuisine !

Au même moment l’OTAN serait transformée en un club de discussions incapable d’agir à cause des contradictions internes qui se manifesteraient dans des situations de crises importantes. La Russie aurait étranglé l’OTAN !

Il ne faut pas perdre de vue cette possibilité. Il ne faut pas accepter la Fédération de Russie comme membre de l’OTAN, si elle ne s’est pas dissoute en petits états souverains. La politique de l’Union Européenne semble soutenir des petits états indépendants nés de la Fédération de Russie.

Il faudrait maintenir les relations de discussion entre les autorités militaires de l’OTAN et de la Fédération de Russie. Il semble que cette voie a été choisie. Mais ce serait une grande erreur d’accepter la Fédération de Russie comme membre plénipotentiaire de l’OTAN.

L’Union de Défense du Nord

La Finlande n’est pas pressée pour adhérer à l’OTAN pour sa propre sécurité ou la sécurité de ses pays voisins. La Finlande devrait se rapprocher, dans le sens de la politique de sécurité, surtout des deux pays nordiques - la Suède et la Norvège.

S’il était possible de mettre en place entre ces trois pays des liens militaires intenses, se créerait une zone forte de la politique de sécurité du Nord. Cela nécessiterait la création d’un puissant système de communication et préparation entre ces pays d’un part et, d’autre part, un accord entre ces pays de fournir l’aide militaire sous la forme des forces armées en cas d’agression visant un pays quelconque parmi eux.

L’appartenance de la Norvège à l’OTAN serait tout simplement une bonne chose, car cela pourrait servir de cordon ombilical avec cette organisation centrale.

Il est fort probable que le paysage et les conditions climatiques de la Finlande rendent impossible toute opération militaire non menée par des combattants finnois, suédois, norvégiens ou russes. C’est un fait déjà vu dans l’histoire. Les autres pays sont capables bien sûr de leur fournir un important soutien technique dans le domaine de reconnaissance et d’assurer la lutte dans l’air et sur la mer, mais pas dans le paysage boisé finlandais et encore en toutes saisons.

La détente

Si on regarde les territoires proches à l’est de la Finlande, la zone la plus importante parmi ces territoires est la Carélie. Les infrastructures de Carélie sont amenées par les Russes à un niveau lamentable.

Dans la région de Carélie, qui a été cédée après la Guerre en 1947, il y avait plusieurs divisions soviétiques. Des chars et de l’artillerie y ont été transférés de l’Allemagne de l’Est. Le matériel est maintenant vieilli et éparpillé partout en Carélie. A ce moment on voit la décadence de l’armée russe, les effectifs sont diminués et les unités liquidées. L’effectif des gardes frontières a été réduit.

Aujourd’hui le danger n’est pas lié tellement au danger militaire, mais à la criminalité, à la maffia et au terrorisme et sabotage. On peut penser que les Russes veulent avoir dans cette lutte l’aide de leur voisin proche. Mais pas gratuitement. Des réparations ont été payées à la Russie malgré qu’elle ait elle-même détruit la culture Carélienne des anciens territoires finlandais. Les aides accordées restent en majorité dans les bureaux des fonctionnaires corrompus.

La Fédération Russe doit soi-même se redresser

Les opérations militaires contemporaines ont démontré l’importance des forces aériennes, par exemple dans la Guerre du Golfe, au Kosovo et en Afghanistan. Dans le rayon de 30 kilomètres autour de Saint-Pétersbourg il y a de nombreuses fusées de la défense aérienne. Une partie de ces bases et de ces missiles est vieille, mais il y a sans doute du nouveau matériel qui est déjà arrivé ou doit arriver. Les dirigeants russes voient l’importance de la défense antiaérienne.

L’arrivée de l’OTAN dans les Pays Baltes et en Finlande serrerait Saint-Pétersbourg dans un petit coin. Les forces aériennes de l’OTAN auraient des larges plate-formes de proximité. La marine de l’OTAN a déjà un accès libre vers la Mer du Nord, vers la Mer Baltique et vers le golfe de Finlande.

En Finlande, en Suède – supposant que la Suède comme la Finlande serait membre de l’OTAN - et aussi dans les Pays Baltes, il y a des ports magnifiques. Il est facile de renfermer dans ces circonstances imaginées la marine russe dans la partie du nord du Golfe de Finlande. Ses capacités d’agir à Kaliningrad sont inexistantes déjà aujourd’hui, surtout si on prend en compte les circonstances décrites.

Du point de vue de la Fédération de Russie, le fait que la Finlande et la Suède restent en dehors de l’OTAN, est une question de première importance. C’est autre chose avec les Pays Baltes, car la Russie est capable d’agir uniquement en maîtrisant la direction des Pays Baltes et en même temps elle arrive à garder dans un certain état d’action Kaliningrad.

Les Russes sont aussi de bons marchands dans la politique

Cette diminution de tensions sur la frontière de nord-ouest de la Russie lui donnerait de nouvelles possibilités. Rendant à la Finlande les parties essentielles de l’ancienne région de Vyborg, la Russie pourrait obtenir une victoire pas uniquement dans le domaine des relations publiques, mais aussi avoir des atouts pour améliorer la sécurité sur un axe tellement important pour eux qu’est Saint-Pétersbourg.

Le territoire restitué aux Finlandais pourrait être démilitarisé et devenir une zone autonome comme Åland.

On pourrait élargir la coopération militaire, par exemple dans les domaines de reconnaissance et de surveillance.

Pour contrôler les activités criminelles il faudrait renforcer la police et il faudrait embaucher à coté des policiers finlandais des personnes avec une bonne connaissance de russe.

Une question-clé serait la population russe qui reste en Carélie. A cette population devrait être garantie une position égale à celle des Finlandais qui déménageront sur ce territoire.

L’adhésion de la Finlande à l’OTAN n’est pas inévitable, mais c’est tout à fait possible un jour ou un autre. La restitution de la Carélie cédée de même ne renverserait pas la Finlande, mais c’est surtout une question de justice et du moral, question qui dans le monde occidental a toujours été placée très haut.

La solution simultanée de ces deux questions et sous une forme satisfaisante pour les deux cotés, créerait une base solide pour toute la politique de sécurité dans le Nord.

Artikkelien kommentointi on toistaiseksi lopetettu.
Kommentin tai mielipiteen voi lähettää suoraan Pro Karelia -verkkolehden toimitukselle: toimitus@prokarelia.net



^  Takaisin ylös      Lisää artikkeleita kirjoittajalta      Artikkeli-arkisto 




Tutustu kirjaan ja tilaa se Karelia Klubi Kaupasta, sähköpostitse tai 05 541 6450, hinta 19:50 euroa.

NS. SOTASYYLLISYYS













Koko Suomen kartta vuodesta 1920




Siirry Kansalaisvetoomuksen internet-sivuille. Vetoomus ei ole jäsenlomake.







SIIRRY KARELIA KLUBI KAUPPAAN

Candomino laulaa karjalaisia lauluja [mp3-file].



SIIRRY KARELIA KLUBI KAUPPAAN

Karjala. Sanat ja sävel: Olli Nykänen [4.13 MB mp3-file].